BML NIEUWS    LMB NOUVELLES

 

La Licorne

 

Créée fin 2011 par des ‘quinquagénaires voileux’, l’Atelier Marin est une œuvre philanthropique qui a pour objectif principal de permettre à des jeunes défavorisés d’accéder à la navigation, et -à travers les outils qu’offre la navigation- aider les jeunes à s’épanouir et mieux se structurer. Elle a ainsi pu offrir plus de 9.000 jours-homme de navigation à des Bruxellois, rénové 4 cabiniers et construit 2 yoles de Bantry, ainsi que « La Licorne ».

 

          

L’Atelier Marin a pris le parti de construire des bateaux avec d’un côté une charge historique et de l’autre des gréements traditionnels, qui nécessitent une implication totale des équipiers, mais leur offre également une fierté qu’ils ont souvent perdue. Fierté saine qui est fondamentale pour s’épanouir et progresser dans la vie.

Contrairement à ce que son nom évoque, « La Licorne » n’est pas celle qu’Hergé a imaginé. Il s’agit de la réplique du « Grand Vaisseau de Versailles », que Colbert commanda en 1669 pour naviguer sur le Grand Canal du Château de Versailles et ainsi motiver le jeune Louis XIV au développement de sa marine. Ce dernier avait en effet une vision d’extension territoriale et d’hégémonie continentale. La vision de Colbert était celle d’un empire colonial et économique, nécessitant une flotte commerçante et une flotte militaire pour la défendre.

En offrant à Louis XIV un vaisseau de guerre à l’échelle 1:4 (15m hors tout), Colbert allait chambouler l’histoire maritime de la France : le ‘Grand Vaisseau’ sera rejoint par une 60-aine d’autres bateaux, une galère, des gondoles, des yachts Anglais, des fonds-plats des contrées du Nord, des yoles et autres chaloupes.

La commande des 2 yachts Anglais en 1674 fera découvrir que les Anglais utilisent des plans, contrairement aux arsenaux français, qui travaillent toujours avec des gabarits. Colbert en comprendra l’importance et fera dresser des plans par type de vaisseau (1er, 2e, 3e  rang, Frégate) et les enverra dans tous les arsenaux du Royaume, permettant ainsi la construction massive et faisant de la Marine Française la plus puissante au monde pendant près d’un siècle.      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il fera également planter des milliers d’hectares de forêts de chêne pour que 200 ans plus tard, le pays dispose toujours de bois adéquats pour les mâts.

Malgré que cette flottille royale ait eu un impact important sur la Marine Française, ce patrimoine a entièrement disparu et l’histoire oubliée jusqu’à ce qu’une historienne la redécouvre en 2009.

La construction effective de ‘la Licorne’ a débuté le 25 mars 2018 avec l’aide de bénévoles, des riverains, des jeunes et des patients psychiatriques, soignés en milieu ouvert. Mis à l’eau le 27 avril dernier, les mâts et le gréement ont été installés en septembre, juste à temps pour participer à ‘WaterrAnt’, le rassemblement de gréements traditionnels à Anvers.

Une fois que l’Atelier Marin pourra financer la réalisation des voiles, le bateau participera à d’autres rassemblements, permettra d’offrir des stages intensifs à des jeunes et nous espérons pouvoir envoyer le bateau et des jeunes naviguer à Versailles.

L’Atelier Marin a été sollicité pour participer à une conférence sur la renaissance de la Flottille de Versailles le 22 janvier à l’Académie de la Marine à Paris.

Mais la Licorne est également le premier trois mâts à phares carrés Belge à être construit depuis le naufrage du ‘de Smet de Naeyer’ en 1906. (Le Mercator n’a que son mât de misaine à voiles carrés !). Il nous faudra dès lors acquérir la compétence de naviguer avec ce type de gréement, ce qui en fait un mini-navire école et un laboratoire technique et social.


 

 

 

  LMB-BML 2007 Webmaster & designer: Cmdt. André Jehaes - email andre.jehaes@lmb-bml.be
 Deze site werd geoptimaliseerd voor een resolutie van 1024 x 768 en IE -11-Edge
Ce site a été optimalisé pour une résolution d'écran de 1024 x 768 et IE -11- Edge